Vous êtes ici

Marion Hélou

Docteure diplômée de l'université de Rennes 1

Quel est votre parcours ?

Après mon bac, j’ai fais une licence de Chimie générale à Brest puis je suis partie à Rennes 1 pour faire un Master Recherche en Chimie moléculaire. J’ai décidé ensuite de poursuivre mes études par un doctorat en Chimie. A la fin de mon doctorat, j’ai eu la chance d’obtenir un poste en CDD puis en CDI chez Total Petrochemicals en tant qu’ingénieur chercheur.

Vous avez reçu le premier prix de thèse de la Fondation en 2011. Sur quoi portait-elle ?

Ma thèse s’intitulait « Valorisation de la biomasse pour la synthèse de polycarbonates » et s’est déroulée dans le laboratoire Organometallics : Materials & Catalysis, à Rennes, en collaboration avec l’entreprise Total. J’ai eu la chance d’aller plusieurs fois dans leur centre de recherche pour faire des tests plus poussés sur les nouveaux matériaux que nous synthétisions au laboratoire.

Que vous a apporté ce prix sur le plan professionnel, personnel ?

Sur le plan professionnel, ce prix ne m’a pas ouvert de portes puisque j’avais déjà un poste mais mes collègues ont été très intéressés et m’ont posé beaucoup de questions sur la Fondation. D’un point de vue personnel, je suis très fière d’avoir obtenu ce 1er prix, qui est le résultat de mes trois années de doctorat. C’est donc une très belle reconnaissance. Mes travaux de thèse m’ont passionnée et je suis donc très contente que mon dossier ait été choisi par le jury, qui a sans doute aussi apprécié mes travaux. 

Crédits photos : Céline Duguey / Sciences Ouest