Handicaps invisibles : publication d’un ouvrage

La chaire « Vivre ensemble » travaille depuis sa création en 2019 sur la question de la gestion des différences dans l’entreprise et en particulier sur le handicap « invisible ». Des travaux aujourd’hui réunis au sein d’un ouvrage collectif publié sous la direction d’Anne Joyeau et Sylvie Moisdon-Chataigner*.

« Handicaps invisibles et situations personnelles handicapantes : comprendre pour agir »

Le sujet du handicap invisible avait fait l’objet dès 2020 d’un colloque organisé par les deux autrices avec les partenaires de la chaire. La publication de cet ouvrage s’inscrit dans cette continuité avec l’objectif d’une part de mieux comprendre le sujet du handicap invisible pour mieux le vivre – et d’autre part de croiser les regards des juristes et des gestionnaires, des chercheurs et des praticiens, et « proposer des actions concrètes et innovantes ».

Révéler le handicap pour mieux le vivre

Après une première partie consacrée à la clarification des concepts de "handicap invisible" et de "situations personnelles handicapantes"  - situations qui ont en commun d’être le plus souvent cachées au sein de l’entreprise – les autrices réunissent une série de contributions autour du triptyque révélation-reconnaissance-inclusion. Parmi elles, les travaux d’Isabelle Barth, Professeure et experte en management inclusif qui s’intéressent en particulier au rapport bénéfice-risque de cette "révélation" du handicap, à la fois pour le salarié et pour l’entreprise : "la transformation des comportements passe par deux actions : un véritable renversement de la vision du handicap perçu alors comme une ressource pour l’organisation ; la mise en œuvre d’actions très concrètes pour accompagner la personne handicapée dans son intégration et construire un cadre handi-accueillant".

Cas pratiques avec les entreprises partenaires de la chaire

Cette publication est l’occasion de mettre en lumière des solutions managériales imaginées pour optimiser la prise en compte de ces situations de fragilité dans l’entreprise. Trois entreprises partenaires de la chaire figurent parmi ces témoignages : le Crédit Agricole d’Ille-et-Vilaine pour sa démarche d’inclusion du handicap engagée en interne dès les années 2005-2006. Aujourd’hui l’équipe RH de l’acteur bancaire, en s’appuyant notamment sur les travaux de la chaire, se dit prête à aller plus loin "pour élargir notre sujet, il paraît opportun de rassembler nos différentes actions sous une seule et même politique "singularité" dans l’entreprise : handicap naturellement, mais aussi atypisme/précocité, maladie dont plus particulièrement les cancers, les accidents de la vie".

Un second témoignage concerne l’entreprise Cooper Standard et le déploiement en son sein de "référents" handicaps : "plus on multiplie les occasions de partager le sujet du handicap, plus on permet de briser les tabous. Les exemples concrets de salariés accompagnés vont amener d’autres salariés à parler de leur situation", écrit Béatrice Arnould, alors responsable RH au sein de l’entreprise. Enfin dernier exemple exposé, celui du "groupe d’écoute" proposé au sein de l’entreprise Olga (ex Triballat Noyal) et décrypté par Olivier Bourquard : "l’objectif était de rechercher comment être davantage en anticipation de l’identification des situations pouvant être difficiles à vivre pour certains collaborateurs. Le constat que l’on faisait à l’époque était que l’on pourrait apporter plus de solutions si nous pouvions agir plus en amont".

Pour aller plus loin

Commander l’ouvrage https://www.presses.ehesp.fr/produit/handicaps-invisibles-situations-personnelles-handicapantes/

Page dédiée sur le site de la chaire « Vivre ensemble » - Fondation Rennes 1 https://chaire-vivre-ensemble.univ-rennes1.fr/handicap-handicap-invisible-vulnerabilites-du-salarie

 

*Anne Joyeau, maître de conférence IGR IAE (Université de Rennes 1) et membre du Centre de Recherche en Economie et Management - CREM (Université de Rennes 1, Université de Caen Normandie, CNRS)

Sylvie Moisdon-Chataigner, maître de conférence HDR Faculté de droit et de science politique (Université de Rennes 1) et directrice adjointe de l'Institut de l'Ouest Droit et Europe - IODE (Université de Rennes 1, CNRS)