"E3" un dispositif Fondation Rennes 1: #Echange #Etudiant #Entreprise

Un dispositif pérennisé pour contribuer à rapprocher les étudiants du monde de l’entreprise
E3, un dispositif online

"Nous avons initié les rencontres E3 (en ligne) pendant le confinement, pour répondre à un besoin d’accompagnement et de lien humain exprimés par les étudiants" explique Sophie Langouët Prigent, Vice Présidente de la Fondation Rennes 1 à l’origine de cette initiative.
"C’est un format qui a été plébiscité par les entreprises de la fondation et que nous avons choisi de poursuivre cette rentrée car il répond parfaitement à notre mission d’accompagnement de l’insertion professionnelle de nos étudiants".

Inspiré du modèle des Ask Me Anything Sessions, les E3 orchestrés par la Fondation Rennes 1 sont des moments d’échanges privilégiés entre un dirigeant et un groupe d’une vingtaine d’étudiants, généralement réunis par promotion.
Quelques règles simples permettent d’en faire un moment dynamique et convivial :

  • l’inscription est libre
  • la durée limitée à 1 heure précise
  • toutes les caméras sont allumées
  • et tous les participants posent des questions au dirigeant invité.

Le format est entièrement en distantiel et le constat est fait qu’il permet de lever certaines timidités.

Proposé systématiquement dans les opérations de parrainages orchestrées par la Fondation Rennes 1, ce dispositif a également été proposé lors de la "Semaine Pro Fil" – semaine dédiée à l’insertion professionnelle des étudiants de masters de l’Université de Rennes 1, organisée par le Service d’Orientation et d’Insertion professionnelle (SOIE).

Quatre dirigeants, membres de la Fondation, ont accepté de participer à ce dispositif :

  1. David Cassin, directeur Relations parties Prenantes du groupe Avril,
  2. Mathieu Peraud, directeur général de l’UIMM 35-56,
  3. Dénoal Riche, dirigeant de Dervenn,
  4. et enfin Cécile Martin, directrice générale d’Abaka.

Et l’heure passe vite ! Des questions sur le marché de l’emploi, les secteurs qui recrutent, les compétences attendues, qui sont autant d’occasions pour nos dirigeants de livrer de précieux conseils :

  • « Soyez des éponges lors de vos stages, soyez bosseurs et motivés : si vous trouvez du sens à ce que vous faites, vous serez bons » explique David Cassin.
  • Pour Mathieu Peraud « Le stage est un réel levier de recrutement et il faut jouer là-dessus. C’est la mission qui compte, pas le type d’entreprise ; certaines startups ou petites entreprises proposent des projets très intéressants. Et il ne faut pas se contenter d’attendre les offres ; une candidature spontanée peut donner l’idée de réveiller un projet resté en sommeil ».
  • Cécile Martin leur recommande, avec dynamisme et des messages très positifs, d’être avant tout curieux !
  • Dénoal Riche conforte les étudiants présents dans leur choix d’orientation et leur demande d’être fiers de leur formation qui est en adéquation avec les attentes du marché et les encourage à mettre leur intelligence au service de la nature et pour la nature.

Autre intérêt marqué par les étudiants lors de ces échanges : les questionnements sur les grands enjeux de société : climat, bien-être animal, transformation numérique & cyber sécurité…
Des réponses existent du côté des entreprises pour illustrer leurs engagements dans ces transitions : David Cassin cite notamment la publication par le Groupe d’une « Raison d’être » associée à un objectif de réduction de 30% des gaz à effet de serre d’ici 2030 « Cela constitue un engagement fort du groupe pour réduire l’empreinte environnementale au sens large », explique t-il.
Autre exemple mis en avant par Mathieu Peraud pour le secteur industriel : la promotion par l’UIMM de la charte « Industriel engagé pour mon territoire » dont l’objectif est d’inciter les dirigeants et acheteurs industriels à privilégier les approvisionnements locaux.

La programmation de nouvelles sessions E3 est en cours et concernera à terme l’ensemble des composantes de formation de l’Université.
A partir de décembre 2021, ces sessions seront également intégrées mensuellement à la programmation des « Mardis de l’insertion professionnelle » proposés depuis la rentrée aux étudiants de la Faculté de Droit.

"Dès que l’on ressent un besoin de la part des étudiants, on essaie de leur proposer un dispositif à leur image", souligne Sophie Langouet-Prigent qui précise également la forte mobilisation des membres de la Fondation Rennes 1 toujours très engagés dans ces actions en lien avec l’insertion des jeunes.