E3 - Echange Etudiant Entreprise – Fondation Rennes 1 Christophe Latron, directeur R&D du Groupe Lactalis, partage sa vision de l’innovation avec les étudiants de l’ESIR

Ils sont une trentaine d’étudiants en première année du cycle d’ingénieur de l’ESIR à être réunis pour une rencontre orchestrée par la Fondation Rennes 1 avec l’un de ses membres. Ce matin c’est Christophe Latron, directeur R&D du groupe Lactalis qui se prête au jeu. Lactalis a rejoint la fondation l’an dernier pour participer notamment aux travaux de la chaire « Aliments et bien manger » - Fondation Rennes 1.
Christophe Latron, directeur R&D Lactalis participe à une rencontre avec les étudiants de l'Université Rennes 1

Une vision partagée de l'innovation

Après une courte présentation du Groupe Lactalis, le dialogue s’engage, et Christophe Latron d’expliquer « Je suis un grand fan des écoles d’ingé parce que ce ne sont pas des formations qui enferment. La partie humaine représente un tiers des enseignements dans ce type d’école, et ça donne une grande ouverture d’esprit. Ingénieur c’est une formation, pas un métier, quand on sort de là, on a acquis les bons modes de raisonnement et on peut faire des tas de choses. »

François Bodin, enseignant chercheur à l’Université Rennes 1, enseigne l’innovation auprès de cette promotion. Partant du principe « qu’on apprend plus vite quand on fait », il propose à ses étudiants de s’engager par groupes sur un projet d’innovation dès la première année d’études – projet poussé pendant les 3 années du cursus pour aller jusqu’au prototypage : « Pour ce module, les étudiants ont énormément de liberté. Ils ont le droit d’échouer – on a un cimetière à projets – et de changer d’avis. L’obligation est une « obligation d’essayer » et l’idée n’est pas de faire de l’innovation « papier » mais de pousser jusqu’à la réalisation. Et puis on incite les étudiants à ne pas rester entre eux, à aller piocher des informations dans leur environnement ».

Une approche de l’innovation partagée par Christophe Latron : « J’aime beaucoup l’idée de l’échec qui est récompensé. En R&D il faut admettre qu’on ne réussit pas toujours, et je répète souvent à mes équipes que si on veut des certitudes, il faut changer de métier. Je cite régulièrement l’exemple du tennis pour illustrer cette notion. Quand vous faites un match de tennis, vous savez qu’il y en a un des deux qui va perdre, il n’y a pas de match nul. Si on n’accepte pas de perdre, il ne faut pas choisir ce sport, et pour moi c’est pareil pour l’innovation. »

Les étudiants de l'ESIR lors de l'échange avec Christophe Latron

Sept projets innovants en gestation *

Un campus où il fait bon étudier et travailler

Projet porté par les étudiants ESIR de l'Université Rennes 1 Les deux premières équipes ont choisi de s’intéresser à la question de la mobilité en imaginant des solutions visant à améliorer l’expérience usager du campus universitaire. Les enjeux : diminuer le stress des étudiants et notamment des nouveaux entrants, tout en répondant à des objectifs de durabilité. Une troisième équipe a quant à elle décidé de s’attaquer au défi de l’interaction sociale, mise à mal ces derniers mois avec la crise sanitaire. L’ambition : créer une appli mobile pour favoriser les communications – y compris à l’échelle d’une promotion, stimuler l’entraide et la dynamique de groupe, et simplifier les échanges qui s’opèrent aujourd’hui via une multitude de plateformes.

Christophe Latron félicite : « Ce sont de beaux projets. Même s’il y a toujours une part d’incertitude dans l’innovation, ce qui me plait dans vos présentations c’est que vous avez bien clarifié le « pourquoi », et c’est essentiel ! ».

S’orienter et s’insérer dans le monde professionnel ; un autre leitmotiv pour les étudiants

Projet porté par les étudiants ESIR de l'Université Rennes 1 Avec le projet « DIRMINO » un autre groupe a choisi de s’intéresser à la question du recrutement, avec un défi de taille : proposer une nouvelle approche du CV. « Pour les recruteurs, tous les CV se ressemblent.  On va chercher à caractériser le CV idéal – celui qui sort du lot, avec une mise en avant des expériences personnelles » expliquent les étudiants.

Christophe Latron rebondit « J’apprécie votre idée de mettre en valeur le côté personnel, et je vois un bénéfice majeur derrière ce projet, c’est qu’il peut contribuer à réduire le stress de l’étudiant qui doit faire un CV. Le CV – côté entreprise - sert à effectuer un premier tri, ça se joue sur de la lecture rapide. La question qu’il faut se poser est la suivante : quels sont les points qui vont ressortir en très peu de mots. Le plus important c’est évidemment vous – en tant que personne – et c’est ce que vous allez pouvoir exprimer si vous décrochez l’entretien. » Et comme c’est le cas pour la plupart des dirigeants volontaires pour ce genre de rencontres avec les étudiants, Christophe Latron est partant pour mobiliser son réseau autour du projet : « Il faut continuer à consulter des RH pour comprendre les usages, et je peux vous mettre en lien avec celui de Lactalis ».

Projet porté par les étudiants ESIR de l'Université Rennes 1 Autre constat partagé : les difficultés d’orientation. C’est la préoccupation de l’équipe de Thibault et Théo qui proposent une alternative pour aider à s’orienter dans l’enseignement supérieur. « 80% des étudiants pensent s’être trompés dans leur projet d’orientation » expliquent les deux étudiants, qui constatent par ailleurs que la plupart des informations et témoignages accessibles quand on est lycéen concernent des expériences réussies. Leur approche : développer un site web qui permettrait de mettre en avant - via des interviews - davantage de diversité, et amener de manière la plus positive possible les expériences multiples des étudiants. « Un sujet délicat – selon Christophe Latron – c’est dur de faire des choix d’orientation et on le demande de plus en plus tôt. A 17 ans on a le droit de changer, d’évoluer, et à cet âge-là on n ’a peut-être pas fait le tour de tous les possibles. Il n’y a pas - dans l’absolu - de bonne et mauvaise formation – à fortiori à Rennes 1. La vraie question c’est de savoir si j’ai fait un choix qui me correspond. Selon moi, ce n’est pas tant de l’échec dont il faut davantage parler, mais de réussites, en particulier de réorientations réussies : comment on s’y est pris, avec quelle méthode - de montrer que rien n’est définitif. On peut passer par des situations de doutes et de questionnements, et ce ne sont pas des échecs. »

Enjeux de société

Projet porté par les étudiants ESIR de l'Université Rennes 1 Les deux derniers projets présentés illustrent l’appétence des jeunes générations pour les sujets d’intérêt sociétal. Pour l’équipe de « SolairCloud », il s’agira de travailler sur une proposition d’alternative aux datacenters susceptible d’assurer la sécurité et le stockage des données personnelles, tout en réduisant leur empreinte environnementale. Quant à Inès, c’est son histoire personnelle qui l’a inspirée. Passionné par les technologies liées à la santé, elle a choisi d’investiguer ce secteur « C’était évident pour moi d’orienter mon projet dans ce domaine. J’ai eu beaucoup d’idées, et quand il a fallu en choisir une, j’étais en train de remplir le pilulier de mon Papa – ce que je trouve particulièrement laborieux sachant qu’il y a une grosse probabilité de se tromper de médicament. Pourquoi pas tenter d’automatiser tout ça ? » Elle s’est donc lancée ! Objectif : modéliser un pilulier électronique – un projet particulièrement ambitieux qui l’amène à interagir dès à présent avec beaucoup d’acteurs.

Et Christophe Latron de conclure : « J’ai particulièrement apprécié ce moment, et je remercie la fondation pour cette initiative. Je me suis promené dans des territoires très différents, le transport, le loisir, le social, le domaine de l’emploi ou de la santé… cela illustre parfaitement la richesse de la formation d’ingénieur et toutes les possibilités qu’elle offre. »

+ d'info

* La plupart des projets portés par les étudiants s’inscrivent dans le dispositif « Smart Campus » dont l’objectif est de contribuer sur le long terme à améliorer le campus de Beaulieu sur les 10 années à venir.

site internet : http://smartcampus.istic.univ-rennes1.fr/home/index.php/projet_en_cours/