Bien manger quand on est étudiant : un défi inspirant !

Du 21 au 23 Octobre 2020, 150 étudiants en Master 1 de l’IGR-IAE de l’Université Rennes 1 se sont investis sur un hackathon organisé en partenariat avec la Chaire « Aliments et bien manger » - Fondation Rennes 1. Tour d’horizon avec les organisateurs, et retour sur les solutions imaginées par les étudiants pour répondre au défi d’une alimentation saine et accessible.

Un travail sur des cas concrets

Trois entreprises partenaires de la chaire ont accepté de jouer le rôle des commanditaires en proposant leur problématique aux étudiants, le groupe Lactalis, l'association Bleu Blanc Coeur et le Fond de dotation METRO.

« Les étudiants ont été particulièrement enthousiastes à l'idée de travailler sur un sujet qui les concerne, et de mettre en application leurs connaissances au service d'une organisation réelle, c'est toujours plus intéressant que de travailler sur des cas fictifs » expliquent Fanny Reniou, enseignant-chercheur à l’initiative du projet et Baptiste Bahu, enseignant également à l’Institut de Gestion de Rennes. 

De la production d’idées à l'élaboration de pistes de solutions

Dans un premier temps les étudiants ont travaillé en séminaire de créativité, par équipes, sur 2 journées intensives, pour s’approprier les techniques, et produire des idées.

« Le séminaire a plusieurs objectifs – explique Fanny Reniou - développer d’une part les compétences créatives des étudiants, parce que la créativité est une compétence transversale clé. Elle n'est pas que l'apanage du marketing mais elle activable pour tous les métiers et tous les secteurs d'activités. Le rapport sur le futur des métiers en 2020, produit à l'occasion du dernier forum économique mondial à Davos, mentionne la créativité comme faisant partie des 5 compétences clés pour les managers de demain. La méthode que l'on a choisi d'explorer avec les étudiants c'est le hackathon, qui permet de développer des solutions innovantes et créatives, dans un temps court et resserré, sur une problématique donnée. » Autre enjeu pour l’équipe d’enseignants-chercheurs : « sensibiliser les étudiants au développement durable et aux enjeux de société, et le sujet de l’alimentation s’est révélé particulièrement pertinent de ce point de vue ». Enfin, dernier point auquel les enseignants ont été particulièrement attentifs : l’interaction des étudiants avec les commanditaires « Les étudiants ont bien joué le jeu, en s'impliquant vraiment dans les séances d’échanges avec les entreprises de la chaire. »

Les thématiques mises en avant par les étudiants

« L’un des bénéfices du séminaire c'est déjà d’identifier un certain nombre de thèmes et d'idées qui reflètent ce que pensent les étudiants et ce qu'ils vivent au quotidien. » explique Fanny Reniou. Ainsi, plusieurs pistes de travail sont ressorties de la phase de brainstorming, avec des questionnements par exemple autour de la recherche de plaisir et la découverte de saveurs, la problématique du manque d'estime de soi et de connaissance sur le savoir-cuisiner … "Les étudiants ont pointé du doigt la phase de transition dans laquelle ils sont, à savoir qu'ils quittent le domicile familial, doivent se débrouiller seuls, et apprendre à faire seuls." 

Le désir de qualité, le fait-maison, le souhait de plus de fruits et légumes dans l’alimentation quotidienne sont des thématiques également très présentes, avec celles du manque de temps, de place, ou de moyens financiers. Autre enseignement de cette première phase de réflexion, les étudiants se sont montrés particulièrement sensibles à la question du gaspillage.

Enfin, dernier enjeu récurrent pour les étudiants, et non des moindres, celui de la recherche de partage et de convivialité pendant les repas : « le repas n'est pas seulement associé au contenu de l'assiette mais aussi aux personnes avec lesquelles on mange, avec cette notion de commensalité. Il y a une réelle problématique du "manger seul" ».

Mettre en valeur les idées.

La seconde phase du challenge pour les étudiants consistait à mettre en valeur leurs idées. « Il s'agissait d'un travail autant sur la forme que sur le fonds, pour permettre de mettre en avant les idées essentielles. » Cela s’est traduit très concrètement par la commande de pitchs vidéo illustrant une solution proposée pour répondre aux problématiques identifiées. 3 minutes pour convaincre ! Au bilan une série de 17 clips particulièrement créatifs, pour illustrer les nouvelles offres de services imaginées par les étudiants - pour les étudiants. Parallèlement, les étudiants seront évalués sur un dossier distancié leur permettant de formaliser leur retour d’expérience.

Témoignages des partenaires de la chaire

Ce sont les étudiants qui ont été amenés à choisir les 3 meilleurs projets après une phase de pré-sélection confiée à l’équipe enseignante et aux trois commanditaires.

« Les 5 projets que j'ai eu à visionner étaient remarquables. Je me suis surtout basée sur l'originalité de l'idée, la réponse aux besoins des étudiants, et aussi les perspectives que cela pouvait apporter à la restauration future – commente Valérie Declerck, directrice-adjointe qualité pour le Groupe METRO. Même si j'ai du en choisir deux, tous ces projets sont inspirants pour nous. Ils nous permettent de réfléchir à la restauration de demain et à ce qu'on pourra apporter comme soutien aux restaurateurs à l'avenir. »

Céline Karout, responsable du développement de la communauté Bleu Blanc Cœur, a également été séduite tant par le format que par les résultats : "La sélection n'a pas été facile. Ce que j'ai bien aimé dans le projet lauréat « Bien Menu Rire » c'est la réalisation, et la prise en compte de toutes les contraintes telles que les équipements, les allergies. C'est une offre complète. J'ai aussi eu un coup de cœur pour le projet « Cook and Chill » et cette idée que les recettes soient proposées par des étudiants pour des étudiants ; c’est un projet qui s'intéresse à la communauté, et qui table sur une alliance plaisir et équilibre, 2 idées qui sont constitutives de l’ADN de Bleu Blanc Coeur."

Pour Christophe Latron, responsable R&D pour le groupe Lactalis, le pari de l’originalité est également réussi « J'ai été guidé par l’originalité en privilégiant une solution autour d’une offre de produit. J’ai aussi souhaité valoriser la bonne prise en compte des contraintes au départ - toutes les questions sont bien là, et quand on fait un projet, c'est primordial de se poser les bonnes questions au départ ! ».

Un grand bravo à tous les participants, aux 3 équipes qui ont remporté la finale, ainsi qu’aux organisateurs pour leur agilité à transposer l’événement en 100% distanciel ! 

Découvrez maintenant les vidéos des lauréats sur le site de l’IGR-IAE !