Vous êtes ici

13e Atelier de l'innovation "Marketing et RSE"

Vendredi 15 mars 2019, les membres de la Fondation Rennes 1 « Progresser, Innover, Entreprendre » étaient réunis au Pôle Numérique Rennes Beaulieu (PNRB) autour du thème « Marketing et  Responsabilité  Sociétale des Entreprises (RSE) » dans le cadre de la chaire « RSE, innovation et transformations numériques ».

Thierry Pénard titulaire de la chaire, enseignant en économie à l’Université de Rennes 1 et chercheur au Centre de Recherche en Economie et Management (CREM), était accompagné de Julien Troiville, Professeur d’économie  à l’Université de Rennes 1 et chercheur au CREM, afin d’animer ce think tank.

Véritable laboratoire d’idées, le but est de faire réfléchir et interagir les membres de la fondation sur les questions liées ce jour à la responsabilité sociale des entreprises et sur le rôle que joue le marketing dans ce processus.

Trois piliers principaux : social, économique et environnemental, sont nécessaires à la formation d’une RSE complète. Pour une entreprise, adopter une responsabilité sociale peut impliquer un changement radical de son fonctionnement et de son business model pouvant occasionner des risques. Néanmoins, la RSE permet de privilégier le développement sur le long terme à la rentabilité immédiate et d’initier un cercle vertueux.

Elle entraîne des effets bénéfiques attestés pour la pérennité de l’entreprise car elle instaure une relation de confiance avec les consommateurs.

La RSE est stratégique avant d’être marketing : elle est corporate avant d’être opérationnelle

Julien Troiville, enseignant à l’Université de Rennes 1 et chercheur au CREM

Cette relation est en revanche fragile. Elle doit se baser sur un message crédible et sincère et ne doit pas être utilisée uniquement comme argument marketing afin d’embellir son image de marque. Le risque étant de discréditer l’entreprise auprès des consommateurs. Le Greenwashing, action marketing d’une entreprise qui a pour but de se donner une image écologique et responsable très éloignée de la réalité est le parfait exemple de cette pratique. Toute fois, lorsqu’elle est réelle et complète, communiquer sur la responsabilité sociale de son entreprise, peut être une bonne manière, de se positionner face à ses concurrents, de montrer l’exemple et de démocratiser cette pratique auprès des autres entreprises.

La communication n’est pas négative si la coquille est pleine

Olivier Cima, directeur marketing de Triballat-Noyal

13e Atelier de l'Innovation Fondation Rennes - RSE et Marketing